De formation scientifique, l’impact exercé sur le travail d’Alex Béraud par la physique, la nature, la philosophie est une donnée capitale mise en avant par l’artiste lui-même. La photo et la peinture se sont très jeune imposées à lui puis, au cours de son activité dans le métier des Travaux Publics, il a été amené à exercer un travail important de photographie où il a côtoyé les hommes qui font l’acte de bâtir. Globalement et au-delà de toute parenté contemporaine, son œuvre graphique s’inscrit dans la tradition de l’abstraction lyrique et s’exprime par le foisonnement des signes et les différentes manières de les représenter.

Ses créations visent à rendre compte de l’espace que nous habitons en tentant d’établir une liaison entre la perception quantifiée des phénomènes qui touchent nos sens (terre, mer, ciel, agglomérations, évènements, émotions, sentiments) et la dynamique incessante de l’univers dans toutes ses composantes. Par exemple dans ses peintures, tout en privilégiant une vision totale du cadre, il cherche constamment à faire surgir des lignes directrices qui lui servent ensuite de vecteurs pour fixer l’architecture des images.

Ceci vaut pour l’ensemble de ses productions. Sur le plan pratique, les moyens sont tournés vers la liberté des techniques ; ainsi peuvent se mêler peinture, craie, crayon, encre et ajouts de matières diverses. Il travaille également avec les matériaux composites : fils de verre, de carbone ou d’aramide fixés à la surface qui est parfois elle-même aussi en tissu de fibres.